Notre logo

L’explication complète
intro

Généralités

Le Bushido Club Versoix Genève est une académie de ju-jutsu et d’arts martiaux mixtes visant à développer un concept d’autodéfense sophistiqué, complet, efficace, riche et varié.

Concernant la philosophie du club, j’invite le lecteur à consulter le texte relatif.

Même si visuellement il s’apparente aux armoiries de la ville de Versoix, base du principal lieu d’entraînement du club, le logo du Bushido Club Versoix Genève revêt de nombreuses explications et symboles.

Au delà de l’esthétique, notre logo réunit des principes et des valeurs, autant destinés aux pratiquants apprenants qu’aux pratiquants enseignants. Évidemment, il est impossible de tout exprimer à travers un ensemble de signes graphiques. Disons qu’un premier niveau de lecture s’adressent aux membres du club afin qu’ils puissent s’identifier globalement à la philosophie de notre académie. S’adressant aux membres ayant une fonction d’enseignant, un deuxième niveau de lecture va révéler des repères liés à l’enseignement.

Avis au lecteur :

Le survol de notre logo et les explications qui vont suivre décrivent brièvement les éléments essentiels. Pour plus de détails ou une meilleure compréhension des arguments cités, je prie le lecteur de me contacter ou de s’informer, de se documenter via internet, les livres et les personnes citées en référence.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Les vagues

Les vagues symbolisent l’eau bien évidemment mais surtout en référence à la citation de Bruce Lee pour qui, comme l’eau, un combat ne devrait pas avoir de formes définies :

« Vide ton esprit. Sois sans forme, sans contour, comme l’eau. Si tu mets de l’eau dans une tasse, elle devient la tasse. Si tu mets de l’eau dans une bouteille, elle devient la bouteille. Si tu mets de l’eau dans une théière, elle devient une théière. L’eau peut couler ou elle peut tout fracasser. Sois comme l’eau mon ami. »

L’eau incarne la fluidité, la souplesse, la mobilité et une formidable capacité d’adaptation. De même, au sein de notre club, le développement martial se veut ouvert, progressif, évolutif et sans limite.

La calligraphie Bushido

De l’eau émerge la calligraphie bushido, voie du guerrier, symbole représentant le fil rouge conducteur et le chemin à parcourir pour s’élever dans la pratique du ju-jutsu et des arts martiaux en général. C’est aussi l’esprit guerrier, vindicatif dans le combat, percutant et absolu lorsque la situation de défense l’exige. Il existe de nombreuses sources d’information sur la terminologie de bushido et le code d’honneur des samouraïs. Relevons simplement ici les 7 valeurs communément décrites et les principes associés.
Gi : droiture
Principes associés : rectitude, justice, rigueur, moralité, intégrité

Yu : courage
Principes associés : bravoure, vaillance

Jin : bienveillance
Principes associés : compassion, bonté

Rei : respect
Principes associés : courtoisie

Makoto : sincérité
Principes associés : spontanéité, honnêteté

Meiyo : honneur
Principes associés : gloire, noblesse

Chugi : loyauté
Principes associés : fidélité, dévouement

Les cercles

1er argument : les ondes de propagation

Les trois cercles concentriques (ici en couleur rouge) illustrent la propagation des ondes, tel un caillou jeté dans l’eau. De la même manière, la propagation du concept d’autodéfense central peut rayonner et prendre influence sur les éléments touchés par ses ondes, en l’occurrence les membres du club et les pratiquants d’arts martiaux en général.

2ème argument : la perfection

Le cercle symbolise la perfection, l’absolu, l’infini. Les trois cercles évoquent la recherche de perfection technique, tactique et théorique.

Comme me l’a écrit un jour mon ami Patrick Mottet :

« Toutes ces années consacrées à la pratique du Karaté-Do m’incitent à penser que le charme des arts martiaux réside dans cette quête de la perfection qui toujours nous échappe. »

3ème argument : le vide

L’intérieur du cercle représente également le vide. Dans son livre Tao of Jeet Kune Do, Bruce Lee s’exprimait ainsi :

« Le vide est ce qui se tient entre « ceci » et « cela ». Le vide inclus tout et n’a pas d’opposé. Il n’exclut rien et ne s’oppose à rien. C’est un vide vivant parce que toute forme vient de lui et que quiconque prend conscience du vide est rempli de vie, de puissance et de l’amour de toute chose. »

Dans notre pratique martiale, il en va de même. Celui qui saura remplir ce vide aura la puissance et l’amour de toute chose.

Les petits ronds

Les petits ronds (ici en couleur rouge) sur les cercles symbolisent les membres du clubs et les pratiquants qui gravitent autour du même concept d’autodéfense. Certains peuvent partager la même trajectoire, d’autres évoluer sur des orbites différentes, mais tous tournent autour du même axe central.
Ainsi, tout individu conserve sa propre évolution tout en adhérant au même développement martial. Au sein de notre club : un système efficace, ouvert, évolutif, progressif.
Au sein de cet univers en parfait équilibre, riche, varié, en constante évolution, chaque pratiquant crée sa propre expérience.

Nombres et figures géométriques

Les petits ronds répartis sur les cercles représentent trois nombres ainsi que les sommets de trois figures géométriques. Le cercle intérieur en comporte 3 symbolisant un triangle équilatéral (ici en couleur verte) ; le cercle intermédiaire en comporte 4 figurant un carré (ici en couleur bleue) et le cercle extérieur en comporte 5 représentant un pentagone régulier (ici en couleur rouge).
Dans notre logo, les figures géométriques ne sont pas fermées afin de souligner l’esprit d’ouverture que nous cultivons au sein du club. A contrario des systèmes fermés et restreints, le concept de défense développé au sein du Bushido Club Versoix Genève se veut ouvert, progressif et évolutif.
A l’instar du texte de Bruce Lee cité précédemment, l’absence de formes et de contours rigides souligne à nouveau, dans notre méthode martiale, la volonté d’être perméable aux idées novatrices.
En sus des explications classiques de la symbolique des nombres et des figures géométriques, dont certains éléments peuvent s’intégrer à la pratique martiale, il est relevé ci-dessous quelques principes relatifs à notre académie.

Nombre 3

1er argument : les dimensions spatiales

Il existe 3 dimensions spatiales apparentes dans notre univers. Dans l’étude des mécanismes de l’autodéfense, des éléments tels que l’orientation dans l’espace, la motricité et la biomécanique du corps, l’élaboration de techniques ou de tactiques, la mise en œuvre d’une application de défense, sont autant d’exemples de ce sens spatial universel. Dans le domaine de l’autodéfense, la gestion du corps dans l’espace est très importante.

2ème argument : les éléments essentiels d’une technique efficace

Dans le domaine de l’autodéfense, pour qu’une technique appliquée fonctionne de manière efficace, 3 éléments sont nécessaires :

Précision (précision du geste technique)
Rapidité (rapidité d’exécution de la technique)
Effet de surprise (en situation de défense, la technique doit surprendre l’adversaire, le surpasser)

3ème argument : les groupes d’apprenants

Dans notre concept méthodologique, les instructeurs distinguent 3 groupes d’apprenants : débutants – avancés – chevronnés. De ces trois niveaux, découlent 3 degrés d’apprentissage et 3 degrés d’enseignement spécifiques.

Triangle

1er argument : une base incontournable
Le triangle a une forte connotation dans les arts martiaux. De nombreux principes et mouvements sont établis sur le modèle du triangle qui se retrouve dans des techniques de déplacement, d’esquives, de déséquilibres, de techniques d’attaque, de techniques de contrôle, de techniques de soumission, etc.

2èmeargument : le triangle en tant que trinité
Du triangle découlent également de nombreuses trinités : homme – terre – ciel, naissance – vie – mort, passé – présent – futur, minéral – végétal – animal, amour – humilité – compassion, voir – recevoir – ressentir, dont certaines sont reprises dans les arts martiaux.Au sein du Bushido Club Versoix Genève, les développements technique et personnel reposent sur trois piliers essentiels : qualité technique – ambiance sympathique – esprit dynamique.

3ème argument : le triangle pédagogique ou triangle didactique
Dans le domaine de l’enseignement, le triangle pédagogique représente trois sommets : le savoir, l’enseignant et l’apprenant.

Les côtés du triangle représentent la relation entre ces trois pôles.
La relation savoir – enseignant représente le travail didactique, c’est l’action d’enseigner.
La relation enseignant – apprenant représente l’éducation, c’est l’action de former.
La relation apprenant – savoir représente de l’apprentissage, c’est l’action d’apprendre.

Nombre 4

1er argument : les éléments de base
Les 4 éléments issus de l’Antiquité sont : la terre, l’eau, l’air, le feu. Par la portée de leur symbolisme, ces éléments fondamentaux ont considérablement influencés la pensée moderne, y compris dans les arts martiaux en général.Selon ses convictions, chacun peut puiser dans ces sources pour agrémenter son développement personnel.

2ème argument : l’acronyme SAFE
Notre académie s’appuie sur une règle de sécurité, la « S.A.F.E. rule », dont l’acronyme en 4 lettres signifie :

Simple – Adaptable – Fast – Efficient

Dans nos convictions, pour l’aspect autodéfense pur, l’enchaînement technique déployé doit être simple, adaptable, rapide, efficace.

3ème argument : l’adage du Jeet Kune Do
Convaincu que la vérité en combat est différente pour chaque individu, dans sa philosophie et son concept du Jeet Kune Do, Bruce Lee met en avant 4 points essentiels :

Absorber ce qui est utile
Rejeter ce qui est inutile
Ajouter ce qui est spécifiquement de soi (adapter ses besoins)
Rechercher sa propre expérience

Cet adage a le mérite d’être précurseur, de favoriser le principe du cross training, d’être valable pour chaque pratiquant afin qu’au final chacun puisse créer sa propre expérience.

Carré

1er argument : l’échiquier
L’échiquier est indubitablement associé au carré. Malgré sa vocation de jeu, cette surface de cases n’en est pas moins le théâtre de combats. Pour vaincre au jeu d’échecs, il faut de l’intelligence, de la rigueur et recourir à des stratégies et à des tactiques, tout comme dans l’autodéfense.

2ème argument : le carré pédagogique
Dans le cadre technique, on peut déterminer un premier carré pédagogique avec 4 niveaux d’action :

Apprendre la technique
Perfectionner la technique
Appliquer la technique
Enseigner la technique

Et en complément au triangle didactique décrit plus haut, on peut citer la notion d’un carré pédagogique incluant aux sommets connus (le savoir, l’enseignant et l’apprenant), un quatrième pôle nommé les instruments.

Ces instruments, propres à chaque discipline martial, sont pour nous : le matériel et l’équipement d’arts martiaux, les lieux d’entraînements (dojo, salle de gym, lieux extérieurs), les lieux réalistes, les supports didactiques, etc.

3ème argument : les compétences de l’instructeur
Dans notre concept méthodologique, le modèle de la compétence d’action de l’instructeur est représenté par un carré regroupant 4 composantes :

La compétence personnelle (aptitudes, habiletés, relation avec soi-même)
La compétence sociale (comportement social adapté, entregent, empathie, communication)
La compétence professionnelle (connaissances, capacités, savoir-faire, compétence dans la branche)
La compétence méthodologique (méthode d’enseignement adéquate, formulation appropriée d’objectifs, gestion judicieuse des leçons)

Nombre 5

1er argument : les 5 sens
La vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût sont autant de récepteurs qui informent notre cerveau sur toutes les choses qui nous entourent. Ces 5 sens nous avertissent des dangers et met notre corps en alerte. Combinés à la proprioception générale du corps, ils nous permettent de maintenir un état de vigilance. La pratique des arts martiaux développe de manière consciente ou inconsciente les sens du corps.

2ème argument : les façons d’attaquer
Au terme de nombreuses recherches sur les styles et les systèmes d’arts martiaux, Bruce Lee a recensé 5 façons d’attaquer, les autres n’étant que des variations issues des 5 premières. Bruce Lee a catalogué ces façons d’initier une attaque de la manière suivante :

Avec la terminologie originelle :

Single Direct Attack (SDA) or Single Angular Attack (SAA)
Attaque Simple Directe ou attaque simple angulaire

Hand Immobilization Attack (HIA) / Foot Immobilization Attack (FIA)
Attaque par immobilisation de la main / attaque par immobilisation du pied

Progressive Indirect Attack (PIA)
Attaque progressive indirecte

Attack By Combination (ABC)
Attaque par combinaison

Attack By Drawing (ABD)
Attaque en leurrant

3ème argument : les moments caractéristiques pour la riposte
D’une manière générale, dans une situation de défense face à un adversaire, on peut considérer qu’il y a 5 moments pour engager une riposte (coup, enchaînement de frappes, projection, clé de défense, etc.) :

Avant l’attaque de l’adversaire
Pendant l’attaque de l’adversaire
Lorsqu’un pont ou un contact est créé avec l’adversaire
Lors du retrait de l’attaque de l’adversaire
Après l’attaque de l’adversaire

En Jeet Kune Do, dans sa partie traitant du trapping (art de piéger les membres de l’adversaire), Bruce Lee illustre parfaitement ces moments en décrivant les 5 façons de faire pak sao da (parade claquée accompagnée d’une frappe) :
Avant le coup de poing : pak sao sur l’adversaire en garde
Pendant le coup de poing : pak sao sur le bras qui lance le coup de poing depuis la garde
Lors de la connexion : pak sao au moment du blocage de la frappe adverse (ou lorsque j’attaque, l’adversaire pare, et pak sao au moment du blocage)
Lors du retrait du coup de poing : pak sao lorsque l’adversaire retire son poing avant de se remettre en garde
Après le coup de poing : pak sao après le coup de poing adverse lorsque l’adversaire est à nouveau en garde

Pentagone

1er argument : la quintessence
Le pentagone est également associé au pentagramme et au pentacle. Toutes ces figures sont fortement symboliques, mais il est peu opportun de rapporter ici une myriade d’explications. Il existe suffisamment de sources d’information sur le sujet pour que le lecteur ou, pour ce qui nous concerne, le membre du club, y rattache ses convictions personnelles.

La partie retenue est le pentagone en tant que symbole de la quintessence. Par son étymologie, la quintessence met en évidence un 5ème élément fondamental (l’éther), complétant les 4 éléments de base (terre, feu, air, eau) et qui en assure la cohésion.

La quintessence est ce qu’il y a de meilleur et de plus raffiné dans une chose ou chez quelqu’un. Au final, c’est l’élévation de chacun dans la pratique martiale, c’est-à-dire son propre développement personnel, sa quête initiatique.

2ème argument : le pentagone tactique
Notre académie s’appuie sur un pentagone tactique résumant en 5 points les différentes attitudes et stratégies à adopter vis-à-vis d’un adversaire :

Eviter la confrontation
Eviter les situations d’affrontement et de face-à-face dont l’issue peut toujours comporter un risque pour son intégrité physique.

Anticiper l’action adverse
Pressentir et prévoir les possibilités techniques et tactiques, enclencher le processus de vigilance physique et mentale.

Dissuader l’adversaire
Par la ruse ou la feinte, tactiquement ou techniquement, décourager l’adversaire dans son but vindicatif, créer le doute dans son attitude belliqueuse.

Réagir à l’action adverse
Quand tout a été mis en avant et que l’affrontement devient inéluctable, appliquer tous les mécanismes de l’autodéfense sur la base des préceptes acquis.

Empêcher l’adversaire de nuire
Ne pas oublier que le rapport résistance force avec l’adversaire, la nature virulente d’un combat, peuvent conduire celui qui se défend à opter pour des stratégies martiales visant à empêcher l’adversaire de poursuivre.

Nombre 12

Au nombre de 12, les petits ronds (ici en couleur rouge) sont les localisations prioritaires du corps humain comprenant les principales zones sensibles et les principales articulations pour les techniques de leviers, clés de défenses.
En résumé, nous obtenons les zones cibles suivantes :

La tête
Les parties
Les 2 poignets
Les 2 coudes
Les 2 épaules
Les 2 genoux
Les 2 chevilles

L’étude fondamentale des mécanismes de l’autodéfense aborde 12 aspects techniques essentiels :

Les positions
Les déplacements
Les esquives
Les parades
Les frappes
Les projections et renversements
Les clés de défense
Les soumissions avec technique de contrôle
Les soumissions avec technique d’étranglement
Les soumissions avec technique de luxation
Les défenses contre des attaques à mains nues et avec armes
Le maniement et l’utilisation de certaines armes et objets quotidiens pour la défense

Conclusion

Indéniablement, le ju-jutsu est un art martial complet qui étudie tous les aspects de l’autodéfense. Historiquement, le ju-jutsu est également un art qui a de profondes racines guerrières. De ce fait, les techniques ont été longuement éprouvées et améliorées sur les champs de bataille, notamment par les samouraïs, guerriers légendaires qu’il n’est plus nécessaire de présenter.Aujourd’hui, ce système s’est développé à travers le monde et s’est adapté aux besoins actuels de la vie moderne.
Au sein du Bushido Club Versoix Genève, nous sommes également convaincus que la vérité des mécanismes de l’autodéfense ne peut être structurée ou enfermée. Notre académie a donc opté pour un système non figé.
Afin de garantir le meilleur développement personnel, nous privilégions le cross training durant nos entraînements. Intégrer ce qu’il y de mieux dans chaque art, chaque système ou chaque discipline permet d’être encore plus complet et plus performant.
Au final, cette fusion martiale permet de rester ouvert, sans complexe, sans rivalité, mais en toute intégrité.

Références et sources

Bruce Lee & Jeet Kune Do : internet et principaux ouvrages publiés sur le sujet
Méthodologie : Jeunesse & Sport, OFSPO (Office Fédéral du Sport Macolin), internet et principaux livres publiés sur le sujet
Apports personnels de Denis Guélat

justo efficitur. elit. libero Lorem Aenean
X