Le ju-jutsu en bref

En bref

Qu’est-ce que le ju-jutsu ?

Le ju-jutsu ou ju-jitsu (柔術) – littéralement technique ou art (jutsu) de la souplesse (ju) – est un art martial traditionnel japonais combinant les techniques de frappes (ate-waza), de projections (nage-waza) ainsi que de contrôles (katame-waza) d’étranglements (shime-waza) et de luxations ou clés articulaires (kansetzu-waza).

Art du combat (budo), le ju-jutsu a été développé durant la période du Japon féodal, par les guerriers traditionnels japonais (samouraïs) qui cherchaient à se défendre lorsqu’ils étaient désarmés.

Selon la FSJ (Fédération Suisse de Judo et de Ju-Jitsu), le ju-jutsu possède les dimensions suivantes :

  • L’autodéfense, qui a pour but d’augmenter les chances de maîtriser avec succès une situation de détresse ;
  • Le jeu, dans le sens ou l’entraînement ne représente pas un véritable combat et que chacun exerce – avec le plus grand sérieux – les rôles d’agresseur ou d’agressé ;
  • Le sport, car l’entraînement permet de développer de multiples capacités dans le domaine de la performance sportive : condition physique, coordination, réflexion, maîtrise des émotions ;
  • L’art, dans l’optique d’une maîtrise technique irréprochable et d’une recherche de plaisir esthétique.

Le ju-jutsu possède 2 maximes fondamentales, telles que formulées par Jigoro Kano qui a fondé le Judo à partir du ju-jutsu :

  • Jita Kyoei : « Entraide et prospérité mutuelle »
  • Seiryoko zenyo : « Meilleur usage de l’énergie »

Sources

  • Gabrielle et Roland Habersetzer, Encyclopédie des arts martiaux de l’Extrême-Orient, Paris, Editions Amphora, 2000, pp.270-274
  • Fédération Suisse de Judo et de Ju-jutsu

 

Historique

Origine du ju-jutsu

L’origine du ju-jutsu qui est un art martial ancestral rassemblant un ensemble de techniques de combat, est relativement floue et il est difficile de donner une date d’apparition précise. Ce que l’on peut toutefois spécifier est que le ju-jutsu est né et s’est développé durant la période du Japon féodal à l’époque des guerriers traditionnels japonais, les samouraïs. Le ju-jitsu se pratique donc depuis plus de mille ans et a évolué au cours des siècles ainsi que des écoles (Ryu) dans lesquelles il s’est pratiqué.

Ju-jutsu et arts martiaux japonais

En 1882, Jigoro Kano fonde le Judo (Voie de la souplesse) à partir de techniques de ju-jitsu et ouvre son école : le Kodokan.

L’Aïkido (Voie de l’union de l’énergie) est un art martial développé par Morihei Ueshiba à partir de 1931 dans son école du Kobukan qui puise également ses racines dans les techniques de ju-jitsu.

Les différents styles de Karaté-do (Voie de la main vide) – Shotokan, Goju-ryu, Kyokushinkai, etc. – possèdent également des similarités avec les techniques de frappe du ju-jitsu. Cela dit, la parenté est un peu plus lointaine, étant donné que le karaté s’est, à l’origine, essentiellement développé dans l’archipel d’Okinawa.

En résumé, le ju-jutsu possède, logiquement, de proches liens de parenté avec les autres arts martiaux japonais.

Le ju-jutsu en Suisse

L’introduction du ju-jutsu en Europe est relativement récente et date de la fin du XIXème siècle. Son développement en Suisse est, au départ, étroitement lié à quatre personnes : le Dr Hanho Rhi, qui fonda la première école suisse de ju-jutsu à Zürich en 1929, Alfred Baumann ainsi que les frères Adolf et Robert Tobler. A cette époque, le ju-jutsu était uniquement enseigné aux forces de l’ordre. Depuis, différents maîtres cherchent à transmettre leur savoir et à perpétuer la tradition de cet art martial vénérable.

Le jiu-jitsu brésilien

Finalement, un style particulier de ju-jutsu, le jiu-jitsu brésilien (JJB) est aujourd’hui à la mode. Il s’agit de lutte ou combat au sol dont le but est la soumission par une clé articulaire (nuque, épaule, coude, poignet, hanche, genou, cheville) ou un étranglement (sanguin ou respiratoire). Popularisé par les combats en cage de l’Ultimate Figthing Championship (UFC), ce style vient du Brésil où il a été développé au cours du XXème siècle par la famille Gracie.

Pour un historique détaillé du ju-jutsu, voir par exemple :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ju-jitsu

Pour un historique complet du jiu-jitsu brésilien :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jiu-jitsu_brésilien

Sources

  • Fédération Suisse de Judo et de Ju-jutsu
  • Gabrielle et Roland Habersetzer, Encyclopédie des arts martiaux de l’Extrême-Orient, Paris, Editions Amphora, 2000, pp.270-274
  • Divers sites Internet 

Le ju-jutsu au BCVG

“No limit !”, telle est la philosophie du BCVG. En d’autres termes, le club vise à promouvoir un ju-jitsu riche, dynamique et évolutif.

Le BCVG recherche ainsi toujours à acquérir de nouvelles connaissances et compétences dans des arts-martiaux ou sports de combats complémentaires et cousins, tels que:

  • Le kali et les arts martiaux philippins (arts spécialisés dans le maniement des différentes armes blanches)
  • La boxe anglaise, le full-contact, le kick-boxing et la boxe thaï (soit les différentes formes de boxes)
  • Le jiu-jitsu brésilien et le grappling (luttes au sol avec et sans kimono)
  • Le MMA ou Mixed Martial Arts (sport de combat réunissant un travail de percussions et de lutte, debout comme au sol)

Si l’essentiel des cours s’effectuent en habit de pratique traditionnel japonais (judogi, couramment appelé kimono), certains entraînements se font en shorts et t-shirts ou en habits civils, au dojo comme à l’extérieur.

Pour de plus amples informations, n’hésitez-pas à consulter les rubriques philosophie du club et l’explication de notre logo

Basile Barbey

 

dolor tristique facilisis libero non Praesent ut Sed sed